Le mouvement de l’air – Claire BARDAINNE Adrien MONDOT

Project description

Samedi soir de grand match dans la nouvelle arène lyonnaise. Il est donc assez difficile de se rendre au Toboggan, centre culturel de l’Est lyonnais.

Nous sommes placées devant. Le spectacle commence quinze minutes plus tard pour compenser l’arrivée tardive de certains en raison des embouteillages.

J’attends impatiemment de voir s’exprimer ces corps devant moi.

Le spectacle commence.

La beauté qui m’est offerte touche directement mon intime. Je délaisse alors mon accaparant encéphale.

Douceur et intensité, transparence et opacité, enracinement et envol, évasion et introspection, rêve d’envol et angoisse de chute, je ressens toute la dualité qui nous anime.

Les artistes s’expriment avec une animale poésie. Leurs corps révèlent l’essence du mouvement avec une sensualité brute, éthérée.

Je reprends conscience de l’importance de la respiration, de sa simplicité élémentaire.

Je perçois leurs failles, leurs interrogations sur les possibles et les impossibles du corps humain, sur ses noirceurs. J’aime cette vérité mélancolique.

Le rapport de soi à l’autre est fragile mais nécessaire. L’utilisation du trio est ingénieuse. La danse, l’expression scénique, la vie est trop souvent représentée par le couple. Ce rapport binaire est parfois suffocant et fragmentaire. Le trialisme de ce spectacle est très équilibré.

Je redécouvre le corps humain et ses possibilités.

La quête d’union avec les éléments me trouble. En cherchant à maîtriser la Nature, l’humain fuit de son essence même.

Les trois danseurs sont accompagnés d’un musicien qui, avec pudeur et aisance met en lumière l’intensité et la cohérence des tableaux.

< Retour au carnet d’inspiration