Les robes - 2018

La robe Meghan

Il y a des instants couture qui comptent plus que d'autres. La robe Meghan en fait partie. Il y a des jours où il est particulièrement difficile d'accepter son corps. C'est dans cet état d'esprit que j'ai commencé le croquis de Meghan. C'était dire, l'état de morosité dans lequel j'étais. Toutefois, pas à pas, ce projet a été un vrai pansement sur mes plaies. Au fur et à mesure des coutures de Meghan, je me rappelais à quel point créer ses propres, vêtements, adaptés à sa morphologie, c'est une thérapie d'acceptation très puissante.

Si vous me suivez, vous avez peut-être déjà découvert ma page #notaboutsize. Je vous indique le lien ci-après :

< Découvrez la page #notaboutsize, un coup de gueule contre l'uniformisation de la beauté.

A ce titre, avec ma compagne, nous préparons une nouvelle musique sur ce thème. Je suis en train d'en écrire le texte. A suivre donc.

Le patron de la robe Meghan

La découpe bretelle

J'ai réalisé Meghan avec un patron maison sur mesure. J'ai opté pour la découpe bretelle, que je trouve adaptée aux morphologies en huit. Sur la page suivante, je vous explique les raisons de mon intérêt pour cette forme de découpe et vous délivre mon tutoriel pour adapter vos patrons en découpe bretelle.

< Le tutoriel de la découpe bretelle, à tester pour sublimer vos formes !

Les manches

Étant donné mon important tour de hanches, j'aime créer du volume au niveau des manches, pour rééquilibrer la silhouette.
J'ai donc décidé de découper ma manche en deux parties, celle en bleu et celle en noir. J'ai évasé la partie noire en créant des godets. J'ai tracé 7 lignes sur le patron de la partie noire de la manche:

  • ligne de coude
  • ligne du milieu de manche
  • ligne de saignée
  • deux lignes entre le milieu de manche et la ligne de coude pour la partie dos et la ligne de saignée pour la partie devant
  • deux autres lignes aux extrémités (tantôt de la ligne de coude pour le dos de manche et de la ligne de saignée pour le devant de manche)

Quelles valeurs prendre pour les écartements ? la méthode Esmod (Devenir modéliste, le vêtement féminin 1) donne des valeurs d'écart relativement faibles: 1, 2 et 4 cm. C'est intéressant pour un effet légèrement souple de la manche. Pour un exemple de cet écart, il y a les hauts suivants :
- la blouse Tosca
- la blouse Firenze

J'aime beaucoup ces deux blouses. J'adore les porter à la belle saison. Elles sont à la fois souples et cintrées. Toutefois, l'effet évasée des manches est à mon sens trop juste.
Si vous utilisez la méthode Esmod (ou une autre méthode de modélisme), je vous invite à tester différentes valeurs d'écartement. Et de voir, quelles valeurs vous préférez.

Pour la robe Mehgan, je souhaitais un évasement très important. Voici les valeurs que j'ai utilisées:
- Lignes 3 et 5 (lignes à côté du milieu manche) : 10cm
- Lignes 4 (ligne de milieu manche) : 5cm
- Lignes 2 et 6 (lignes de coude et de saignée) : 5cm
- Lignes 1 et 7 (lignes aux extrémités) : 2cm

Avant que je ne double les manches, le tombée était vraiment intéressant. Voici une photo prise dans l'atelier, en cours de confection de la robe. On peut voir le tombée des manches.

Toutefois, pour des raisons de finition des manches, j'ai préféré les doubler plutôt que de réaliser un ourlet qui allait se voir (même un ourlet invisible) étant donné la découpe de la manche.
Et finalement, la doublure des manches apporte un côté un peu structuré qui n'est pas inintéressant. Et surtout, j'essaie de ne plus envisager la recherche de perfection comme une fin en soi.
Je pense que ce n'est qu'en lâchant une quête (impossible) de perfection que l'on s'autorise des expérimentations. Autorisons-nous cette expérimentation !

Le tissu

La robe Meghan est en satin de coton bleu électrique et noir de chez Les Coupons de Saint Pierre. J'adore cette matière. C'est très confortable, doux, lumineux, d'entretien facile, etc.
Le bleu est le même que celui de la robe Charlie, que vous aviez peut-être déjà vue. La robe Charlie est une robe tout en découpe transparente, qui a été un vrai bonheur à coudre.

< La robe Charlie dessinée et cousue pour ma compagne.

Un événement particulier

Je suis certaine que les amoureuses de la couture me comprendront. Quel bonheur que de coudre sa robe pour un événement particulier (mariage, pacs, anniversaire, baptême, etc.).
Auparavant, c'était la corvée, en tout cas pour moi, pour trouver une robe qui corresponde à mes envies et à mon corps en dehors des standards.
Ce vieux souvenir est désormais loin. Alors si vous hésitez à vous lancer dans la couture, lancez-vous ! Vous ne regretterez pas.

Je vous laisse désormais avec les photos de la robe Meghan.

Article à jour au Mercredi 30 mai 2018.

 

 

Les robes - 2018

La robe Ariane

J'ai réalisé la robe-chemise Ariane pour ma compagne.
Je la voulais confortable et élégante.
J'ai donc conçu un patron à ses mesures et sans pinces (uniquement une pince poitrine). Toutefois, j'ai souhaité cintrer la robe avec un nœud drapé. Alors, je me suis souvenue de mes livres "Pattern Magic, la magie du patronnage" de Tomoko Nakamichi. Dans le premier tome, sont présentés différents nœuds dits "musubu". Les modèles ne correspondaient pas tout à fait à ce que je souhaitais faire.
En outre, j'étais ralentie par ma peur de ne pas réussir. J'apprécie beaucoup ces livres de patronnage, toutefois, je n'avais jusqu'alors jamais essayé un modèle.
J'ai dépassé mes a priori et ma peur d'échouer. J'ai tenté d'élaborer un nœud drapé qui convienne à mes aspirations, tout en prenant appui sur les explications du livre Pattern Magic.

Les manches:
Ariane est une robe estivale. Toutefois, je souhaitais des manches pour l'harmonie générale de la robe. J'ai donc prévu des manches scindées. Je vous laisse les découvrir ci-dessous.

Le col:
Ma compagne aime porter les cols fermés.
J'ai donc prévu un col officier fermé.

Le boutonnage:
Vous remarquerez que j'ai inversé l'emplacement des boutonnières. En principe elles sont à droite pour les femmes.
Ce n'est pas un parti pris. J'ai commis une erreur d'inattention. Lorsque j'ai cousu ma première boutonnière, je me suis aperçue de la présence de cambouis sur la robe (j'étais catastrophée). Cela a suffi pour me perturber. Et hop, les boutonnières sont au mauvais endroit. Je m'en suis vraiment voulue même si c'est au final assez dérisoire.

Livre la magie du patronnage - Pattern magic de Tomoko Nakamichi

La plupart des modèles présentés dans ces tomes peuvent rebuter par leur complexité et leur côté excentrique. Toutefois, je pense qu'ils sont des tremplins intéressants. En revanche, ils méritent d'être adaptés à votre projet.

Le nœud musubu

Le nœud musubu est donc mon premier test de cette méthode de patronnage "Pattern magic". Je vais vous livrer les adaptations que j'ai apporter ainsi que mes conseils.

Tout d'abord, j'ai opté pour le modèle du nœud musubu A.
Sur le livre, le nœud se situe au niveau de la poitrine. Pour mon projet, je souhaitais confectionner un nœud au niveau de la taille, pour cintrer la robe. Je ne pouvais donc pas respecter les lignes de construction indiquées dans le livre. J'ai adapté sans trop de difficultés puisqu'il suffisait de descendre le point A (le centre du nœud) au niveau de la taille et de tracer des lignes de construction en ayant en tête le mouvement du drapé souhaité. C'était aussi important de bien déterminer l'emplacement du drapé au niveau de la taille, ni trop haut vers la poitrine, ni trop bas vers la taille réduisant ainsi presque à néant l'effet du drapé.
J'ai tracé les lignes de construction du drapé de la taille, à 8cm de la ligne du tour de taille (une ligne en haut, une ligne en bas). 
Pour la ligne qui part au niveau des épaules, je l'ai faite partir du milieu de la ligne d'épaule (contrairement au livre). Je trouvais cela plus harmonieux. Mais c'est une question de goût.

Une fois la robe réalisée, je m'aperçois que le drapé mériterait un peu plus de finesse au niveau de la ligne de taille. Cette solution conviendrait probablement à un modèle d'1m70. Toutefois, ma compagne mesure 1m60. La prochaine fois, je prévoirai des lignes de construction partant à 6,75cm de la ligne de taille.

Ensuite, on ouvre les lignes de construction et on donne de l'aisance. Le livre indique 9cm pour la première ligne, 5cm pour la deuxième et 8cm pour la troisième. C'est effectivement adapté pour un nœud situé au niveau de la poitrine mais pas pour un nœud situé au niveau de la taille. J'ai donc changé ainsi:  9, 7 et 7 cm.

Ensuite, il faut décider de la longueur du nœud. Le livre indique une longueur de 24cm. Rappelons que cela est adapté à un nœud situé au niveau de la poitrine.
Il m'a semblé que pour un nœud ayant pour but de cintrer la taille, il fallait augmenter cette valeur. J'ai donc prévu une longueur de nœud de 35 cm. Je ne regrette pas.

Ensuite, il faut dessiner le nœud. Je vous conseille de respecter les indications du livre et de le tracer dans un premier temps à main levée, puis au perroquet.
Petit conseil: vérifiez bien que le haut et le bas du nœud aient une forme identiques.

Lorsque vous placerez votre patron sur le tissu, je vous conseille de bien marquer les emplacements B. Ce sera important pour une couture précise du nœud.

Globalement, je suis plutôt très satisfaite de cette première expérience de nœud drapé. J'ai donc prévu de me coudre une robe similaire pour l'été.
Voici donc pour mes premières impressions du livre "La magie du patronnage : pattern magic". Autant dire que désormais j'ai envie de tester tous les modèles. Je vous en reparlerai donc certainement sur le site.

Article à jour au Vendredi 15 juin 2018.

Retrouvez quelques photos de l'atelier avant les photos du shooting de la robe-chemise Ariane.


Les photos de l'atelier

Le shooting photo