Quiberon, une belle et surprenante destination de voyage

Je viens de passer une semaine sur la presqu'île de Quiberon, en Bretagne, plus exactement dans le très beau département du Morbihan.

Après la Bretagne Nord en novembre (que j'avais pu vous présenter avec quelques clichés), j'avais envie de découvrir une partie de la Bretagne Sud.

J'ai sélectionné Quiberon pour sa position géographique. Une presqu'île, bénéficiant de côtes à l'Est et à l'Ouest. Parfait pour un amateur de photographie souhaitant saisir l'aube et le crépuscule et leurs lumières dorées.

Quiberon, une presqu'île à deux visages

Quiberon, Est et Ouest. Deux visages.

La différence entre l'Est et l'Ouest de la presqu'île nous a saisies.

Le petit jardin de notre location donnait plein Est, avec vue sur l'Océan. Et sans le vouloir, nous avons sélectionné la côte la plus clémente. La douceur de son climat nous a permis de profiter de très agréables déjeuners face à l'Océan.

La côte Ouest, c'est la côte sauvage. On comprend assez rapidement cette dénomination. Nous nous y rendions en fin d'après-midi, jusqu'aux heures dorées puis au coucher de soleil. Les côtes sont magnifiques. La Nature y est puissante et authentique. On s'y sent à la fois très petit et terriblement vivant.

Il faut y être prudent. Certains comportements m'ont choquée. Alors qu'il fallait rester concentré pour résister à la puissance des vents, certains n'hésitaient pas à jouer de leur équilibre sur d'importantes falaises, en compagnie de leurs enfants et/ou animaux. Le moindre mouvement imprévu aurait pu être fatal.

Hormis, ces comportements inconscients, vous serez peu dérangé à Quiberon, par la présence de trop nombreux touristes. On est bien loin de l’agglutinement des plages du Sud Est de la France. A vrai dire, c'est aussi pour cela que je privilégie la Bretagne pour mes vacances. Sa quiétude et son authenticité sont tellement plus agréables pour s'y ressourcer.

C'est aussi un vent de fraîcheur. Les étés dans la capitale des Gaules sont chauds, très très chauds et sans air. En Bretagne, vous prenez bien 10°C de moins. Et qu'est-ce que c'est agréable! La nuit, vous pouvez enfin dormir. Et la journée, vous êtes suffisamment en forme pour faire des activités. Parce que l'été à Lyon (que j'aime tant, néanmoins), la chaleur vous rend mou, passif, cotonneux, bref complètement anesthésié.

Vous pourrez apprécier la prouesse des surfers. Le spot de surf de Port Blanc, situé sur la côte sauvage offre de spectaculaires vagues.

Il faut être prudent et prendre connaissances des marées car il y a de nombreux rochers et falaises. Bref, vous comprendrez rapidement, qu'à Quiberon, c'est la Nature qui fait sa loi, et c'est tant mieux!

Quiberon, entre Est et Ouest, marée haute et marée basse, ce sont une multitudes de paysages qui s'offrent à vous. Les couleurs et les paysages ne sont jamais les mêmes.

Quiberon, spot de surfers mais aussi spot de photographes!

La couleur de l'eau est juste dingue. Elle vous fait redécouvrir les nuances de bleu. Azur, indigo, outremer, nuit, marine, etc.  A certains endroits, l'eau est cristalline. On a parfois du mal à croire que l'on se trouve en France!

Lorsque la marée redescend, elle laisse accessible de petits bassins sauvages, chauffés par le soleil.

Un jacuzzi naturel avec une vue édénique, cela vous tente?

Promis, je vous en montrerai quelques-uns en photos dans ma prochaine série de photographies.

Les couleurs et la finesse du sable changent d'une côte à l'autre.

Et la position géographique de Quiberon, vous permet de bénéficier d'une longueur de jour supérieure à celle de la région lyonnaise. Le soleil se lève certes un peu plus tard, mais il s'y couche presque 3/4 d'heures plus tard qu'à Lyon. C'est très agréable pour les soirées estivales, sur les magnifiques plages de la côte sauvage, à la lumière magique du crépuscule. Il y a certains couchers de soleil qu'on n'oublie jamais. Ceux de Quiberon en font partie.

Une série de clichés en pose longue

Les clichés que je vous présente sur cette page sont tous réalisés en pose longue. Concrètement, l'appareil photo est posé sur trépied et un filtre ND vous permet de laisser l'obturateur ouvert plusieurs secondes. C'est cela qui donne un effet vaporeux.Vous pouvez jouer sur le type de filtre ainsi que sur l'ouverture du diaphragme pour avoir un temps de pose différent et ainsi des paysages distincts. Plus vous fermez le diaphragme, moins de lumière entrera, plus les poses pourront être longues et plus vos clichés seront minimalistes.

A vrai dire, je suis restée à F11 et un temps d'ouverture de moins de 30 secondes. Les vents étaient très forts et malgré un bon trépied lesté, il était difficile de ne pas avoir de flou de mouvement. Les poses de plus 100 secondes étaient donc impossibles.

J'aime particulièrement les poses longues car en fonction des choix d'exposition, on sculpte différemment le paysage. Les clichés suivants présentent plusieurs séries du même paysage, dessiné distinctement par les vagues et l'écume.

Je vous présenterai très rapidement d'autres séries de photographies de Quiberon, ainsi que pour la première fois, une vidéo. Je m'y suis en effet essayé avec ma nouvelle Gopro Hero 5 et son stabilisateur Karma Grip, en attendant le drone que je devrais acquérir cet hiver.
Peut-être pour un futur voyage en Bretagne Sud car nous avons encore beaucoup de choses à découvrir, notamment l'île de Groix que nous devions visitée. Toutefois, nous avons manqué de temps.

En attendant, je vous laisse découvrir les côtes quiberonnaises en images.